tominardi.fr

Ma saison des festivals - Juillet 2022

23 juillet 2022

C'est l'été, et l'été, quand c'est pas covid, c'est festivals.

Alors de moins en moins, parce qu'avec le temps (et surtout l'âge), on finit par trouver les festivals plutôt inconfortables.

Cette année, j'ai quand même pas mal charbonné jusqu'à présent.

Hellfest 2022, premier week-end (17 au 19 juin 2022)

Retour à Clisson. Je suis bénévole sur la mainstage 2 là-bas. La reprise a un peu piqué, avec une grosse alerte canicule. On a cuit sur place. Du coup, on n'a pas vu passer le week-end, je n'ai pas vu un seul concert en entier, et le dimanche soir au moment de rentrer chez nous, on était assez content de se dire "à la semaine prochaine".

J'ai quand même pu voir un bout de l'excellent concert des Burning Heads sur la mainstage, l'entrée en scène des Offspring, et le final du concert des Dropkick Murphys. C'était pas mal.

Hellfest 2022, deuxième week-end (23 au 26 juin 2022)

Avec l'expérience du week-end précédent, j'ai pu prendre mieux mon temps, et profiter du festival malgré que j'y sois une majorité du temps pour bosser.

Et le bilan est plutôt pas mal. Des concerts de têtes d'affiches plutôt pas mal (Scorpion), d'autre vraiment en dessous de tout (Gun's n' Roses). Un concert de Bad Religion dont j'ai beaucoup profité, et que j'ai particulièrement apprécié. Des découvertes (Touché Amoré, The Rumjacks), des bouts de set par-ci par-là (excellent final de Perturbator par exemple), du punk rock sur la petite scène du village (Circles, Eternal Youth), et un gros final de Metallica. Je ne suis pas fan du groupe, mais ça reste un bel événement, et un beau spectacle.

Sur ce week-end-là, on a eu la pluie. C'était pas bien rigolo et je me suis retrouvé obligé d'acheter un petit sweat zippé du Hellfest, pour la première fois de ma vie. J'aime pas trop ça, parce qu'il est metal, mais comme il est neuf, il est doux. Donc je le porte tout le temps ces temps-ci.

Au final, il faut le dire, le Hellfest est un beau festival, avec beaucoup d'animation, un vrai confort, et un super site.

La nuit de l'Erdre 2022 (1 au 3 juillet)

Le week-end suivant, j'ai été faire un tour à la Nuit de l'Erdre 2022. Quelle déception. J'avais oublié à quel point leur site est inconfortable.

Je suis arrivé à Nort-sur-Erdre dans les bouchons. Le trajet pour accéder au parking nous faisaient faire un drôle de contournement de la ville. Le parking est situé loin de l'entrée du site. À la fin, j'ai loupé le groupe que je venais voir.

Une fois enfin arrivé à l'entrée, je me suis retrouvé agglutiné dans une file assez importante. Et au moment où j'approchais enfin de la véritable entrée, la sécurité a tout arrêté. Les gens, après le point de sécurité, n'accédaient pas assez vite au site, alors ils ont fait une pause. Leur cheffe d'équipe s'est alors rendu compte que personne n'avait mangé, il s'en est fallu de peu pour qu'on se retrouve à attendre la fin de leur pause diner.

Une fois enfin sur place, je me suis rendu compte que la densité de personnes sur le site est vraiment importante. Impossible de circuler tranquillement, c'est serré et désagréable. Il y a un espace nourriture dans le fond du site, mais pour y arriver c'est franchement relou. À mon sens, ce festival devrait faire 2 fois moins de gens pour que le site soit agréable.

Côté scène, alors déjà, c'est compliqué de les approcher, et puis le son est franchement particulier, genre... pas fort. On n'a pas trop l'impression de voir un live.

J'ai donc loupé le groupe que j'étais venu voir (La Rue Ketanou), mais j'ai pu voir M. Le spectacle me paraissait assez lointain, mais comme c'était la première fois que je le voyais en live, j'étais plutôt content.

Après ça, en fin de soirée, il y a eu Fatboy Slim, qui est arrivé sur scène, a appuyé sur la barre d'espace de son ordinateur pour démarrer son "live", et a mimé le mec qui mixe. Parfois, il mimait le mec qui parle, mais c'était toujours le son qu'il avait lancé en début de set qu'on entendait, pas lui. C'était pas terrible, et j'étais bien déçu.

J'y suis retourné le lendemain, j'y ai vu Royal Blood, et ça avait le mérite d'être intéressant. Il y avait Angèle aussi, j'ai réalisé que je ne connaissais vraiment rien de sa discographie. Lilly Wood And The Prick ont encore fait tout un spectacle avant d'enfin jouer la pub carrefour que tout le monde attend à chaque fois. Le dimanche soir, par contre, je n''ai vraiment pas eu la motivation pour y retourner. Il faut dire que j'étais fatigué de mes WE de festivals et que j'avais attrapé un truc la semaine d'avant.

Pour finir sur ce festival, j'ai vraiment du mal avec ce public. D'un côté, on a un public très familial. Ils ne sont pas habitués aux festivals, ils viennent voir Angèle, Orelsan et les gros artistes francophones. OK, ça vient, ça se place au plus près de la scène pendant des heures, ça part juste après l'artiste qu'ils sont venus voir, je n'ai pas tant de problèmes avec eux.

Par contre, l'autre partie du public est surtout composée de gens qui viennent franchement se la coller, un public assez jeune et pas vraiment là pour les concerts, et alors, je dois être vieux, mais j'ai un peu de mal avec ça. D'autant plus qu'une bonne partie n'est pas hyper respectueuse. Je trouve qu'on comprend mieux pourquoi on dit que le public du Hellfest est un super public : il est loin d'être parfait, il y a des problèmes aussi, mais bordel, par rapport à un festival comme ça, c'est incomparable.

Le public du Couvre-Feu avait tendance à être énervant des fois, mais au moins la programmation du festival avait du sens.

Voilà, ça m'a saoulé.

Dub Camp (16 juillet 2022)

J'ai été faire un tour au Dub Camp à Joué-sur-Erdre, à l'occasion d'un EVG.

Alors, j'ai été hyper surpris de ce que j'y ai vu.

J'y suis allé que le samedi. Déjà en arrivant sur place, premier truc, on voit que c'est quand même pas compliqué de faire un parking qui ne soit pas trop éloigné du festival. Deuxième truc : le site est mortel. Il est situé sur un lac, du coup en arrivant, on a une vue super dégagé de tout l'endroit. Les décorations sont cheap, mais totalement dans le délire du festival, du coup ça marche bien. C'est joli.

On passe d'abord par le camping. C'est un peu déroutant, en plus il est rempli de hippies sales qui sont sur leur dernière journée de festival (en même temps, c'est logique), mais pareil, ça a complètement du sens par rapport au principe du festival : un camp pour écouter de la musique Dub.

Ensuite, on rentre pour de vrai sur le site, et qu'est-ce qu'il y a comme espace. Ce n'est vraiment pas désagréable, et je pense que c'est un des plus beaux sites de festivals que j'ai vus.

Il y a quelque chose comme 4 ou 5 chapiteaux, avec des thématiques que je n'ai pas comprises.

Puis, il y a LE point : Au Dub Camp, il n'y a pas de spectacle vivant. Il n'y a pas de musique live.

En gros, on a un super lieu, super bien aménagé, avec pleins de choses vraiment cool, mais pas une seule scène. J'ai vu que des Sound Systems et des DJ set.

Vu tout ce qu'il y a à faire dans ce genre de musique, je trouve que c'est franchement du gâchis. En plus, je me dis que les jeunes du coup ne doivent même pas tilter le problème. Quand j'étais gamin et que j'allais au Couvre Feu, j'ai appris pleins de trucs, découverts pleins de styles, et c'était super bien.

Et la suite

Du coup, on est présentement le 23 juillet 2022, et j'ai encore 1 festival à faire sur ce mois de juillet. C'est le XTreme Fest, à Albi (qui, au passage, n'est pas du tout où je l'imaginais sur la carte), dans une semaine au moment où j'écris ce message.

Ça va être top, parce que je vais pouvoir voir les groupes de punk rock que j'ai loupé au Hellfest : Millencolin, Anti-Flag, Comeback Kid. Puis surtout, je vais pouvoir revoir un de mes groupes préférés au monde, les Flogging Molly.

J'en ferais un article entier.

Tumblr
Pinterest
LinkedIn
WhatsApp

2022 - tominardi.fr - AnonymousUser